M comme Manchot
Index

À la Lettre M on a un très large éventail. Citons, au hasard et parmi les plus communs, le Moineau, la Mouche ou la Musaraigne1. Un peu plus exotiques le Mandrill, la Mygale ou le Morse. Plus difficiles à observer, le Ménure, le Myrmidon ou encore le Morpion2. J'ai retenu le Manchot.
Comme d'habitude on va commencer par un peu de taxonomie, avec cette fois un aussi peu d'histoire. Il s'agit de clarifier la confusion persistante, surtout en Français, entre les Manchots et les Pingouins. Notre histoire commence dans l'Atlantique Nord avec le Grand Pingouin† (Pinguinus impennis)3, un oiseau marin qui ne volait pas. En Anglais on l'appelle Great Auk. L'origine du mot Pingouin est incertaine. L'hypothèse souvent retenue serait le Gallois pen gwyn qui signifie "tête blanche", appliquée au Grand Pingouin, et qui serait ensuite passée au Néerlandais, à l'Anglais et à d'autres langues4.
Plus tard les Européens ont exploré les Mers du Sud et ont découvert des grands oiseaux marins qui ne volaient pas, se tenaient très droit et pour la plupart étaient blancs et noirs. Il était facile de les appeler Pingouins. Par la suite les naturalistes ont fait remarquer que ces deux groupes n'était pas du tout de proches parents, mais le nom est resté dans la plupart des langues pour ces oiseaux de la famille des sphénicidés. En Français on a conservé le mot Pingouin pour le Grand Pingouin, disparu, et pour le Petit Pingouin, ou Pingouin torda (Alca torda) qui vit dans l'Atlantique Nord et qui vole. Les Sphénicidés sont globalement appelés Manchots (Brisson 1760)5. Le terme Anglais Auk désigne, en plus de nos vrais Pingouins, tous les Alcidés6, comme les Guillemots et les Macareux. Pour compliquer les choses, en ornithologie comme ailleurs, un même mot peut désigner en Français et en Anglais des Espèces très différentes (par exemple Puffin)7.
L'appellation Pingouin persiste en Français. J.-B. Charcot lui-même avait choisi d'appeler ces oiseaux du Sud des Pingouins. Il s'en explique dans son compte-rendu de l'expédition antarctique française (1903-1905)8. Dans son journal de la deuxième expédition "Le POURQUOI-PAS ? dans l'Antarctique" il utilise très occasionnellement "Manchot"9.
Les mauvaises traductions de documentaires entretiennent la confusion. On pourrait longuement disserter sur le sujet. Le dessin animé Chilly Willy10 de Walter Lantz représente un petit Manchot (donc Penguin en Anglais) qui vit avec des Ours Blancs et des Morses, qui sont des Espèces de l'Arctique. On m'a d'ailleurs parfois demandé si j'avais vu des Ours Blancs lors de mes missions en Antarctique. Notons encore qu'une des Îles Crozet, faisant partie des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF), s'appelle en Français Île des Pingouins, résultat d'une traduction de l'Anglais Penguin Island, alors que son point culminant s'appelle Mont des Manchots.
Quand au roman "L'Île des Pingouins" d'Anatole France (1908), il se déroule bien dans le Grand Nord (chez les Hyperboréens)11. L'auteur ironise gentiment sur la confusion entre Manchots et Pingouins (en particulier sur le choix de J.-B. Charcot).
Il y a une vingtaine d'Espèces de Manchots. La résolution des Espèces ou Sous-Espèces fait toujours débat dans cette famille. On les trouve de l'Antarctique à l'équateur. Le Manchot Empereur (Aptenodytes forsteri) est l'Espèce la plus remarquable, se reproduisant en plein hiver sur le continent Antarctique. Le Manchot des Galápagos (Spheniscus mendiculus) vit presque à l'équateur, mais dans les eaux riches apportées par le Courant de Cromwell.
Aujourd'hui Tux12 est le Manchot le plus populaire. En 1982 on a connu Pengo13, le héros d'un jeu d'arcade distribué par Sega.
Les Manchots sont bien représentés sur les timbres postaux. On les trouve même dans les émissions philatéliques de pays qui n'ont pas de territoires dans le Grand Sud14.
J'ai eu la chance de voir onze Espèces de Manchots15. Ils m'ont accueilli à bras ouverts.
🐧  🐧  🐧
______________
1 La Musaraigne (le nombre d'Espèces décrites approche la centaine) présente des particularités physiologiques exceptionnelles. Voir ce paragraphe dans Wikipédia en Français.
2 Personnellement je n'ai jamais vu de Morpion.
3 Le Grand Pingouin a été exterminé. Les derniers individus confirmés de cette Espèce ont été tués en 1844. Voir l'article sur le Grand Pingouin, dans Wikipédia en Français.
4 Une autre étymologie a été proposée, à partir du Latin Pinguis qui signifie gras, et par extention lent, lourd, paisible. Dans d'autres langues on retrouve des appellations proches, mais qui désignent aujourd'hui les manchots : Anglais Penguin, Allemand Pinguin, Italien Pinguino, Espagnol Pingüino, Catalan Pingüí, Portugais Pinguim, Néerlandais Pinguïn, Afrikaans Pikkewyne, Danois Pingvin, Russe пингвин, Coréen 펭귄… et Pingveno en Esperanto.
5 L'ornithologue français Mathurin Jacques Brisson a créé en 1760 le genre Spheniscus, ainsi que le terme "manchot" en Français, (en référence à leurs ailes réduites). Buffon a repris le terme pour désigner tous les oiseaux de la nouvelle famille des Sphenicidés. La première apparition du terme semble être à la page 19 de Ornithologie ou méthode contenant la division des oiseaux en Ordres, Sections, Genres, Espèces et leurs variétés, t. 1. Lire en ligne sur biodiversitylibrary.org.
6 Les Alcidés, parfois appelés Alques (mot proche de l'Anglais Auk), sont en Français les Mergules, Guillemots, Pingouins, Stariques et Macareux.
7 Par exemple le terme Puffin en Anglais désigne les oiseaux appelés Macareux en Français, alors que le terme Puffin en Français désigne des Espèces proches des Albatros et appelées en Anglais Shearwater ou Petrel.
8 Lire en ligne le rapport de l'expédition de 1903-1905 sur archive.org. On peut aussi lire le rapport (pdf) sur ce lien : EXPÉDITION ANTARCTIQUE FRANÇAISE (1903-1905). La référence est la note (2) en bas de la page 6 :
(2) Nous avons conservé dans ce journal le nom de Pingouin qui est le vrai nom de ces Oiseaux qui furent appelés Pinguinos par les navigateurs espagnols du XVIIe siècle. Il n'y a qu'en français que l'on appelle à tort Pingouins des Oiseaux tout à fait dissemblables du Nord en désignant souvent ceux du Sud, les seuls vrais Pingouins, du nom de manchots. J.-B. Charcot, EXPÉDITION ANTARCTIQUE FRANÇAISE (1903-1905).
Anatole France s'en est amusé dans son roman "L'Île des Pingouins" (1908). Voilà un extrait de la préface.
Nous appelons pingouin, en français, un oiseau des régions arctiques appartenant à la famille des alcidés; nous appelons manchot le type des sphéniscidés, habitant les mers antarctiques. Ainsi fait, par exemple, M. G. Lecointe, dans sa relation du voyage de la _Belgica_ [Note: G. Lecointe, _Au pays des manchots_. Bruxelles, 1904, in-8°.]: «De tous les oiseaux qui peuplent le détroit de Gerlache, dit-il, les manchots sont certes les plus intéressants. Ils sont parfois désignés, mais improprement, sous le nom de pingouins du sud.» Le docteur J.-B. Charcot affirme au contraire que les vrais et les seuls pingouins sont ces oiseaux de l'antarctique, que nous appelons manchots, et il donne pour raison qu'ils reçurent des Hollandais, parvenus, en 1598, au cap Magellan, le nom de _pinguinos_, à cause sans doute de leur graisse. Mais si les manchots s'appellent pingouins, comment s'appelleront désormais les pingouins? Le docteur J.-B. Charcot ne nous le dit pas et il n'a pas l'air de s'en inquiéter le moins du monde [Note: J.-B. Charcot, _Journal de l'expédition antarctique française_ 1903, 1905. Paris, in-8°.]. Eh bien! que ses manchots deviennent ou redeviennent pingouins, c'est à quoi il faut consentir. En les faisant connaître il s'est acquis le droit de les nommer. Du moins qu'il permette aux pingouins septentrionaux de rester pingouins. Il y aura les pingouins du Sud et ceux du Nord, les antarctiques et les arctiques, les alcidés ou vieux pingouins et les sphéniscidés ou anciens manchots. Cela embarrassera peut-être les ornithologistes soucieux de décrire et de classer les palmipèdes; ils se demanderont, sans doute, si vraiment un même nom convient à deux familles qui sont aux deux pôles l'une de l'autre et diffèrent par plusieurs endroits, notamment le bec, les ailerons et les pattes. Pour ce qui est de moi, je m'accommode fort bien de cette confusion. Entre mes pingouins et ceux de M. J.-B. Charcot, quelles que soient les dissemblances, les ressemblances apparaissent plus nombreuses et plus profondes. Ceux-ci comme ceux-là se font remarquer par un air grave et placide, une dignité comique, une familiarité confiante, une bonhomie narquoise, des façons à la fois gauches et solennelles. Les uns et les autres sont pacifiques, abondants en discours, avides de spectacles, occupés des affaires publiques et, peut-être, un peu jaloux des supériorités.
9 Lire en ligne Le POURQUOI-PAS ? dans l'Antarctique sur gallica.bnf.fr. Le terme "Manchot" apparait seulement quatre fois, sur 428 pages, dont deux fois pour citer l'ouvrage de G. Lecointe "Au pays des manchots".
10 Voir l'article sur Chilly Willy, le petit manchot frileux, dans Wikipedia en Anglais.
11 Lire en ligne L'Île des Pingouins d'Anatole France sur gallica.bnf.fr ou télécharger L'Île des Pingouins d'Anatole France sur le Projet Gutenberg.
12 Voir l'article sur Tux, la mascotte de Linux, dans Wikipédia en Français.
13 Voir l'article sur Pengo (jeu vidéo), dans Wikipedia en Anglais.
14 La philatélie est aussi une opportunité d'affirmer des revendications territoriales, comme ces timbres "Islas Malvinas" émis par l'Argentine et les timbres "Faulkland Islands" émis par le Royaume Uni. Il y a aussi le terme "Antarctic Territory", beaucoup utilisé. Pour voir les timbres représentant 18 Espèces de Manchots, choisissez sur cette page.
15 J'ai vu sur le Continent Antarctique le Manchot Adélie (Pygoscelis adeliae) et le Manchot Empereur (Aptenodytes forsteri) ; sur l'Île Macquarie le Manchot Royal (Aptenodytes patagonicus), le Gorfou de Schlegel (Eudyptes schlegeli), le Gorfou Sauteur (Eudyptes chrysocome) et le Manchot Papou (Pygoscelis papua) ; en Australie et N-Z le Petit Manchot Bleu (Eudyptula minor) ; en Nouvelle-Zélande le Manchot des Antipodes (Megadyptes antipodes) ; au Chili le Manchot de Humboldt (Spheniscus humboldti) et le Manchot de Magellan (Spheniscus magellanicus) ; en Namibie et en Afrique du Sud le Manchot Africain (Spheniscus demersus). Les noms vernaculaires peuvent changer selon les sources.
MM 2021