T comme Tamanoir
Index

Nous voilà à la lettre T. Il y a le choix. La Tarentule ou la Tipule1, pour les petits animaux. La Taupe2 ou la Truite, un peu plus gros. Ensuite le Tatou ou le Tarpon, encore plus gros, et enfin le Tapir ou le Tigre3, beaucoup plus gros (sans compter le Tyrannosaure). Il y a aussi le Thylacine4, et la Tortue existe en plusieurs tailles et modèles. J'ai retenu le Tamanoir.
Notre Tamanoir est aussi appelé Grand Fourmilier. C'est le géant de sa famille. En Anglais on l'appelle Giant Anteater, en Espagnol Oso Hormiguero Gigante, en Allemand Großer Ameisenbär, en Italien Formichiere Gigante… En Portugais du Brésil il porte de nombreux noms locaux, de même que dans les autres pays où il est présent (en gros l'Amérique du Sud tropicale à l'Est de la Cordillère des Andes, et aussi l'Amérique Centrale). Son nom latin est Myrmecophaga tridactyla. On parlera un peu de taxonomie, mais d'abord un peu de l'histoire de la Terre (on va simplifier à l'extrême, et tant pis si ça fait hurler les Géologues).
Les deux Amériques sont connectées depuis la formation de l'Isthme de Panama pendant la période géologique appelée Pliocène (connexion définitive il y a 2,8 millions d'années). Auparavant l'Amérique du Sud était isolée et il s'y était développé une faune originale et diversifiée5. En permettant le passage par voie de terre entre les deux Amériques, l'Isthme a provoqué le grand échange faunique interaméricain6. Cet échange n'a pas été équitable. La faune Nord-Américaine en a largement profité, alors que, de la faune originale des Mammifères d'Amérique du Sud, seuls les Marsupiaux et le Super-Ordre des Xénarthres (Xenarthra) ont largement survécu et ont pu passer en Amérique du Nord7.
Voilà, le mot Xénarthre vient d'apparaître, et ouvre la voie à un peu de taxonomie, tant redoutée par certains. Quand on a découvert la faune exotique, les naturalistes se sont précipités pour classifier les nouvelles espèces, sur des critères parfois arbitraires. L'évolution des espèces n'était pas encore complètement acceptée8 et l'analyse génétique n'existait pas. Sur la base de l'absence ou de la rareté de leurs dents, on a mis dans le même sac (plus précisément le même Ordre, Edentata) les Paresseux, les Tatous, les Fourmiliers, les Pangolins et l'Oryctérope9. Avec le développement des connaissances on a remanié la systématique et on a conservé dans un même Super-Ordre (Xenarthra) seulement les Paresseux, les Tatous et les Fourmiliers, tous provenant de cette ancienne faune d'Amérique du Sud. Le mot Xénarthre signifie en gros "articulation bizarre" et fait référence aux vertèbres de ces animaux10. Dans ce Super-Ordre on a l'Ordre Cingulata (les Tatous, une bonne vingtaine d'Espèces) et l'Ordre Pilosa (les Paresseux et les Fourmiliers). Dans l'Ordre Pilosa on a le Sous-Ordre Folivora (les Paresseux11, 6 Espèces reconnues) et le Sous-Ordre Vermilingua (les Fourmiliers, au moins 4 Espèces). Pour clarifier et illustrer si besoin, voilà la représentation Super-Ordre > Ordre > Sous-Ordre > Famille > Genre > Espèce de notre Grand Fourmilier12 :
Xenarthra > Pilosa > Vermilingua > Myrmecophagidae > Myrmecophaga > Myrmecophaga tridactyla.
La famille Myrmecophagidae compte aussi le Genre Tamandua, avec deux espèces qui sont une version miniature et plus arboricole de notre Tamanoir. Il y a aussi des cousins éloignés, dans la Famille des Cyclopedidae, qui sont des petits Fourmiliers essentiellement arboricoles. Nous en avons terminé avec ce passage difficile par la taxonomie.
Le Tamanoir, Grand Fourmilier, se nourrit bien sûr de Fourmis (Myrmecophaga = mangeur de fourmis), et aussi de Termites. Son nom d'Espèce, tridactyla est moins pertinent puisqu'il a cinq doigts à chaque patte. Ses pattes de devant sont équipées de griffes très puissantes13 qui lui permettent d'ouvrir les nids consolidés des fourmis et des termites. Au niveau des pattes de devant il marche sur les phalanges, en gardant ses longues griffes vers l'intérieur, ce qui évite de les user en marchant, et ça lui donne une démarche comique.
Une des particularités anatomiques du Tamanoir est la longueur de sa langue, en rapport avec la longueur de son museau. Sa langue lui sert à capturer et ingurgiter les insectes dont il se nourrit. Enduite d'une salive bien visqueuse, elle coulisse dans le tube de sa bouche jusqu'à trois fois par seconde. La langue est attachée au niveau du sternum, sa longueur atteint 60 cm, et elle peut sortir à l'extérieur de 45 cm. De quoi faire fantasmer les dames, dit-on.
Les Xénarthres d'une façon générale ont un métabolisme plus lent que les autres Mammifères. C'est particulièrement vrai pour les Paresseux, un peu moins pour les Tatous. Le Tamanoir a une température corporelle de seulement 33 °C, parmi les plus basses de tous les Mammifères. Son cerveau est très petit, ce qui réduit aussi les besoins énergétiques.
Le Fourmilier (the Anteater) est un personnage récurrent de la série de dessins B.C. de Johnny Hart14. Mais avec ses grandes oreilles il ressemble davantage à un Oryctérope. Il a été choisi comme mascotte par l'Université d'Irvine15.
Un Fourmilier anthropomorphique, figurant un Tamanoir, est le méchant dans un dessin animé de Max Fleisher, sorti en 1940 pendant la "Drôle de Guerre" et intitulé “Ants in the Plants”16.
Il parait qu'on a cru que tous les Tamanoirs étaient des femelles, et que les individus s'accouplaient avec leur nez. C'est Félix de Azara qui aurait démontré qu'il y a bien des mâles et des femelles chez le Tamanoir17.
______________
1 Et aussi la Térébratule. Comment veux-tu, comment veux-tu que je t'en parle ?
2 La Taupe d'Europe est un animal étonnant. Une de ses particularités, pratiquement unique parmi les Mammifères, est d'être presque hermaphrodite : voir ce paragraphe sur la Taupe d'Europe dans Wikipédia en Français.
3 Je parle du Tigre à la lettre K.
4 Le Thylacine est-il éteint ? Il y a toujours des personnes qui affirment l'avoir vu dans les forêts de Tasmanie, et il n'était pas toujours rose avec une trompe. On aimerait qu'il ait survécu, caché dans des régions peu explorées. Dans sa série de nouvelles Thursday Next, l'écrivain Jasper Fforde parle de clones de Dodo, Mastodonte et Thylacine. Voir cette page du site de Jasper Fforde.
5 Beaucoup plus anciennement les continents étaient réunis et formaient un bloc appelé Pangée, puis les actuels continents du Sud ont formé le Gondwana avant de se séparer (je simplifie beaucoup). Les analyses génétiques semblent montrer que les Marsupiaux actuels descendent d'ancêtres apparus d'abord en Amérique du Sud, qui ont gagné l'Australie il y a environ 50 millions d'années à travers l'Antarctique (qui n'était pas si froid à cette époque). Il reste de nombreuses espèces de Marsupiaux dans les Amériques (environ 30 %, contre 70 % en Australie et Îles voisines). Cette faune originale a été complétée par l'apport d'immigrants venus d'Afrique sur des radeaux, comme plusieurs groupes de Rongeurs et des Singes (pour ne parler que des mammifères), qui se sont ensuite diversifiés aux Amériques. Notons au passage qu'il y a eu des Primates en Amérique du Nord, venus d'Eurasie (peut-être en passant d'Europe au Groenland au début de l'Éocène), mais leurs lignées se sont éteintes. Voir par exemple cet article dans mysteriesofcanada.com et cet article sur le genre Teilhardina dans Wikipedia en Anglais.
6 Voir le grand échange faunique interaméricain dans Wikipédia en Français. Le passage n'a pas été une transition brutale. Auparavant il existait un chapelet d'îles et de lagunes peu profondes, et les plus déterminés n'ont pas attendu la formation d'une langue de terre continue. C'est ainsi que des espèces terrestres sont passées du Sud au Nord ou du Nord au Sud avant la formation complète de l'Isthme de Panama. Notons au passage que la fermeture du détroit océanique correspondant a isolé des populations marines, modifié la circulation des courants marins et affecté les zones climatiques.
7 Les Tatous se sont bien installés et même diversifiés en Amérique du Nord. Le Tatou à neuf bandes est présent dans le Sud et l'Est des États-Unis.
8 L'évolution n'est pas acceptée par tout le monde. Si certains proposent des aménagements, d'autres préfèrent rester dans le dogme et l'ignorance.
9 Oryctérope fait partie des insultes du Capitaine Haddock. Il l'utilise à deux reprises, dans Tintin au pays de l'or noir et dans Tintin et les Picaros.
10 On pourra lire cet article scanné de Timothy J. Gaudin "The Morphology of Xenarthrous Vertebrae (Mammalia: Xenarthra)" paru dans Geology, New Series No 41. PDF ici. Je n'ai pas trouvé d'article simple expliquant les particularités des vertèbres des Xénarthres. Chez les Mammifères les Musaraignes du Genre Scutisorex (Scutisorex somereni et Scutisorex thori) ont une colonne vertébrale renforcée, mais il ne s'agit pas d'articulations comme pour les vertèbres des Xénarthres.
11 Les Paresseux présentent une singularité au niveau du nombre de leurs vertèbres cervicales. Presque tous les Mammifères ont sept vertèbres cervicales, la Girafe comme le Phoque (les exceptions étant les Lamantins qui en ont seulement six, et, justement les Paresseux). Les Paresseux du Genre Bradypus (les Aïs des mots-croisés) en possèdent de huit à dix, alors que les Paresseux du Genre Choloepus (les Unaus des mots-croisés) en possèdent seulement cinq ou six. Voir cet article "Skeletal development in sloths and the evolution of mammalian vertebral patterning" paru dans PNAS. PDF ici.
12 Voir l'article sur le Tamanoir ou Grand Fourmilier Myrmecophaga tridactyla dans Wikipédia en Français.
13 Les griffes du Tamanoir sont un moyen de défense redoutable. S'il ne peut s'enfuir il est capable d'éventrer un Jaguar. Avec des Tamanoirs captifs il y a eu des accidents tragiques.
14 Voir B.C. (comic strip) dans Wikipedia en Anglais. Le Fourmilier dans B.C. a les oreilles d'un Oryctérope et la queue touffue d'un Tamanoir. Vous pouvez voir aussi cette image scannée d'une page de B.C. Dip In Road (1974) qui met en scène le Fourmilier (the Anteater).
15 Voir une représentation de la mascotte d'Irvine sur cette page. Le Fourmilier de B.C. de Johnny Hart est à l'origine de cette mascotte.
16 Le dessin animé “Ants in the Plants” est visible sur cette page (Classic Toon Theater) de archive.org.
17 L'auteur Félix de Azara commence ainsi (page 178) : C’est une opinion générale que, dans l’espèce des Gnouroumis, tous les individus ont une vulve ; qu’aucun d’eux n’a ni scrotum ni membre, et que néanmoins tous engendrent par l'introduction du museau de l’un dans la vulve d'un autre ; mais, dans la réalité, les deux sexes existent avec des signes très visibles, comme je le dirai bientôt. Lire en ligne ce passage dans l'ouvrage de Félix de Azara qui est disponible dans une traduction en Français sur archive.org : Essais sur l'Histoire Naturelle des Quadrupèdes de la Province du Paraguay, par Don Félix d'Azara (traduction par M.L.E Moreau-Saint-Mery), Paris 1801, Charles Pougens éditeur. L'auteur appelle le Tamanoir "Gnouroumi", selon le nom qui lui est donné par les Guaranis.
MM 2022