Yungang

drapeau de la Chine
www.3dflags.com

Dragon Dragon
Yungang dans Google EarthSi vous avez Google Earth...

Mai-Juillet 2008

Mission à Yungang

Je suis pour le travail à Yungang. Cette petite ville est à une quarantaine de km à l'Ouest-Sud-Ouest de Pékin (Beijing). C'est seulement ma deuxième visite en Chine. En 2007 j'avais passé quelques jours à Shanghai et à Beijing. Yungang est construite autour des usines et laboratoires du programme aérospatial chinois. Même l'hôtel Cui Yun que m'a choisi le client appartient au consortium.

C'est un hôtel aux normes chinoises. On a de l'eau chaude le soir, il faut la faire bouillir si on veut en boire. Surtout ne pas mettre de papier dans les chiottes, ça les boucherait. L'hôtel Cui Yun a quand même un certain charme, avec son jardin intérieur et ses énormes vases devant l'entrée.

Je prends presque tous mes repas du soir à l'hôtel. Il n'y a pas vraiment de salle de restauration. On me sert, seul dans une petite pièce quand je rentre du travail. Les Chinois dînent très tôt et ils terminent leur promenade digestive quand j'arrive à l'hôtel. On en voit toujours quelques-uns qui marchent à reculons. Ils font ça surtout dans les montées, peut-être pour avoir l'impression de marcher dans une descente.

Je n'ai rien contre la nourriture chinoise ordinaire et très peu de plats me déplaisent. Une des petites serveuses amène les plats puis se tient derrière moi et me regarde manger. Heureusement, j'assure avec les baguettes (normal, après tout ce temps passé en Corée). Quelquefois elle fait venir une copine pour voir ce Long-Nez qui mange comme un cochon, et qui transfère la nourriture dans son assiette au lieu de manger directement dans le plat comme les gens civilisés.
Cui Yun Hotel Cui Yun Hotel Cui Yun Hotel


Dimanche 11 mai 2008

La Cité Interdite

Mes Chinois m'ont emmené visiter la Cité Interdite. Vous trouverez des photos et toutes les indications que vous voulez sur l'Internet. lien vers Wikipedia

La Cité Interdite à Beijing un jour de pluie
panorama de la Cité Interdite
cliquez sur l'image pour agrandir (puis taille réelle et ascenseur)

Samedi 17 mai 2008

Le Palais d'été

Pas de travail ce samedi. Mes Chinois m'ont emmené visiter le Palais d'été. Vous trouverez des photos et toutes les indications que vous voulez sur l'Internet. lien vers Wikipedia
Le Palais d'été un jour de smog normal
panorama du Pont aux 17 arches
cliquez sur l'image pour agrandir (puis taille réelle et ascenseur)

Samedi 24 mai 2008

Chez le coiffeur

J'avais l'intention d'aller chez le coiffeur. Depuis plus de trente ans c'est Françoise qui me coupe les cheveux, sauf deux fois pendant mon séjour au Qatar ; j'étais allé chez le coiffeur pakistanais de mon quartier.

Il y a beaucoup de salons de coiffure dans cette petite ville chinoise. Tous ceux que j'avais repérés ressemblent à ceux qu'on voit chez nous ; leur clientèle aussi ressemble aux jeunes gens de chez nous. C'est la globalisation. Je cherchais un coiffeur plus traditionnel, un salon plus ancien. Ce soir je me suis aventuré dans une rue que je n'avais pas encore repérée, et j'ai vu une toute petite boutique avec un fauteuil de barbier et des cheveux par terre. La boutique n'avait même pas une enseigne tournante comme les salons de coiffure ont normalement ici.

J'imaginais déjà un vieux chinois, un peu comme ceux qu'on voit avec Tintin dans le Lotus Bleu, ou à la rigueur en costume de l'époque de Mao Zedong. Je m'approche, je passe la porte, et en fait c'est une dame qui est là. Par signes je demande si elle peut me couper les cheveux, et de même elle me fait comprendre que c'est son affaire en m'indiquant le fauteuil délabré. Je sors mon passeport pour lui montrer la photo où j'ai les cheveux très courts et je lui montre entre le pouce et l'index un espace de deux centimètres. Elle à l'air de penser que je serai mieux avec des cheveux moins courts et m'indique une longueur de quatre centimètres environ. Me rangeant à son avis professionnel, j'acquiesce et elle me met la cape autour du cou.

Il y a un problème. Assis dans ce fauteuil, je suis trop grand pour la dame. Elle me fait donc prendre une posture avachie pour être à la bonne hauteur. C'est confortable pour elle, mais pas vraiment pour moi. En quelques coups de ciseaux, peigne et tondeuse c'est réglé. Elle me pose alors une question avec un geste que je ne comprends pas. Dans le doute je dis OK. Elle me traine alors dans un coin, me fait asseoir sur une chaise et plonger ma tête dans un lavabo. Elle me passe alors les cheveux au shampooing et me masse vigoureusement le crâne. C'était donc ça la question que je n'avais pas comprise. Finalement je préfère que ce soit une dame. Je n'aurais pas aimé me faire frotter le cuir chevelu par un vieux chinois ou par un garçon-coiffeur.

Un dernier coup de peigne devant le grand miroir et c'est terminé. Je sors mon porte monnaie, ne sachant pas bien combien peut coûter la coupe avec shampooing. La dame me montre cinq doigts. Serait-ce cinq, cinquante ou cinq cents RMB yuans ? En gros, il faut dix yuans pour faire un Euro. Ce doit être cinquante yuans, soit environ cinq Euro. J'ai une très vague idée des prix pratiqués en Europe, et c'est sans doute moins cher ici. Je tire un billet de cent yuans de ma liasse et le tends à la dame. Je la vois un peu étonnée, mais elle se dirige vers un tiroir, cherche un peu, et me rend des billets en éventail. C'était en fait cinq yuans, soit cinquante centimes d'Euro.

Nous échangeons encore quelques formules de politesse et je prends congé de la coiffeuse. Avec le taux de change exact, ça faisait 0,47 €.

Dimanche 25 mai 2008

Promenade au Nord-Ouest de Yungang

J'ai fait une promenade à pieds cet après-midi. J'avais préparé ma route avec Google Earth, car je n'ai pas su trouver une carte du coin. J'avais vu que vers le Nord-Ouest c'est un peu vallonné et qu'il y a des zones non peuplées.

En sortant de Yungang je prends une petite route. Comme partout en Chine il y a un peu de trafic, avec des véhicules de toutes sortes. Beaucoup d'engins à deux ou trois roues, parfois lourdement chargés. Ensuite il faut longer un village. La propreté n'est pas le point fort des villages chinois et l'odeur de merde assaille mes narines. Ensuite je prends une petite route qui monte vers le nord et devient vite un chemin avec des plantations d'arbres fruitiers de chaque coté. Comme le chemin suit une ligne de crête on voit bien le site où je travaille. Le paysage n'est quand même pas grandiose. Pour retourner vers Yungang je prends un chemin partiellement bétonné qui suit le lit aménagé d'un torrent à sec. Les ouvrages de correction torrentielle portent la marque chinoise, avec leurs toits traditionnels. Les orages d'été doivent parfois être intenses.
correction torrentielle chemin décoré bassin de crue
Là où le torrent saisonnier rejoint la plaine il y a un cimetière. A l'entrée se trouvent douze belles statues représentant les animaux du zodiaque chinois. C'est, avec la correction torrentielle, le point fort de la promenade. Ensuite il resterait quelques km le long d'une grande route pour rejoindre Yungang. Je fais un petit détour pour éviter cette grande route et passer de nouveau le long du village qui a molesté mes narines.

zodiaque chinois


Dimanche 1er juin 2008

La Grande Muraille

Ce dimanche mes Chinois qui craignent que je m'ennuie ont voulu m'emmener voir la Grande Muraille. Pourquoi pas, me dis-je. C'est mieux de partir tôt, ont-ils dit. Et nous voilà partis à six heures du matin en voiture pour Badaling, qui est un des points d'accès les plus connus. Il y a le chauffeur que j'ai déjà vu et une dame qui a l'air d'assurer l'intendance et de récupérer les notes de frais. Il y a aussi celui qui se fait appeler Jacky, avec qui j'ai déjà visité la Cité Interdite.

Un peu avant huit heures, munis de tickets d'entrée achetés par la dame de l'intendance, Jacky et moi sommes sur l'ouvrage. Le chauffeur et la dame ne nous accompagnent pas. Comme le point d'accès est en fond de vallée, ça monte des deux cotés. Nous choisissons de partir vers le nord. Il n'y a pas encore beaucoup de monde, et on peut même faire des photos où on ne voit personne. Heureusement il fait encore frais, parce que ça monte quand même beaucoup. Les bâtisseurs ont plus ou moins suivi des lignes de crêtes locales, avec forcément des traversées de vallées comme ici à Badaling. Jacky commence à tirer la langue et traîner des pieds. Il n'a pas envie d'aller très loin et fait remarquer qu'il est possible de revenir au point de départ avec un télécabine. Je négocie d'aller jusqu'à un point culminant qui est d'ailleurs la destination de presque tous les visiteurs pas trop paresseux.  il est huit heures et demi. On doit être à 800 mètres d'altitude, loin de la ville et de son incroyable pollution.

Nous redescendons jusqu'à la gare supérieure du télécabine et prenons des billets pour la descente. Je remarque qu'il est fabriqué par un industriel grenoblois, leader sur le marché.  Ça fait plaisir.

Nous rejoignons le chauffeur et l'intendante. Nous avons même le temps de visiter le temple Jie Tai avant de revenir pour midi à Yungang. C'est plus efficace que sur le chantier.
Grande Muraille à Badaling Grande Muraille à Badaling Grande Muraille à Badaling Grande Muraille à Badaling

Dimanche 08 juin 2008

Le Temple du Ciel

Hier on m'a proposé d'aller visiter le Temple du Ciel. Bof. Et pourquoi pas. De toute manière je n'ai pas de contre-proposition. Aujourd’hui c'est Mademoiselle Wei qui s'y colle, et nous partons en taxi pour Beijing à 07H30.

En fait c'est une belle architecture avec quelques chefs-d’œuvre de charpente en bois. Le site est immense et les poussières dans l'atmosphère augmentent encore l'impression de distance entre les bâtiments. L'ensemble est situé dans un très grand parc avec des cyprès multi-centenaires. Les Pékinois peuvent accéder au parc toute l'année pour une somme modique. C'est pourquoi beaucoup viennent y pratiquer des formes de gymnastique traditionnelle ou y chercher la sérénité. Plusieurs vieux Chinois écrivent des poèmes sur les dalles avec un long pinceau trempé dans l'eau. Ils soignent particulièrement bien la calligraphie qui est ici un art majeur. Le soleil a vite fait d'effacer toute trace de leur œuvre. Beauté de l'éphémère.
Pour le Temple du Ciel, vous trouverez des photos et toutes les indications que vous voulez sur l'Internet. lien vers Wikipedia

Partie principale du Temple du Ciel
panorama du Temple du Ciel
cliquez sur l'image pour agrandir (puis taille réelle et ascenseur)

Temple du Ciel Cyprès au Temple du Ciel Calligraphie au Temple du Ciel Calligraphie au Temple du Ciel
Comme il est encore tôt quand nous quittons le parc, mon guide m'emmène au Grand Marché aux Puces. C'est un endroit récent, avec des allées larges et des stands bien rangés. Il y a un peu de tout, des objets anciens et de l'artisanat ethnique. Comme d'habitude il y a des objets que je trouve beaux mais dont je ne voudrais pas chez moi. Le plus intéressant pour moi est tout ce qui est en rapport avec l'époque de Mao Zedong. On trouve des bustes de Mao de toutes tailles, et aussi des statues complètes. Il y aussi toutes ces délicieuses affiches en pseudo-Technicolor du Grand Timonier guidant le Peuple, parfois accompagné de son pote Joseph, le Père des Peuples. A la demande de Mademoiselle Wei un brocanteur me montre très gentiment quelques affiches et photos, et des tickets de nourriture de l'époque. Il a aussi des textes de Mao dans une édition en français.

Ensuite c'est l'heure du restaurant. Je laisse mon accompagnatrice choisir un établissement. Il faut attendre quelques minutes car il y a une sorte de banquet, pour un mariage, je crois. Comme toujours c'est bon, beaucoup trop copieux et pas cher.

J'ai demandé à aller dans les petites ruelles de la ville traditionnelle, mais je pense que ma demande échappe un peu aux Chinois. Mademoiselle Wei m'emmène dans un quartier certes un peu ancien, mais très fréquenté par les visiteurs Chinois ou étrangers. En fait je reconnais le quartier où m'avaient emmené Fisher et Mary il y a un an. Il y a beaucoup de gros travaux à l'approche des J.O. La rue principale est même interdite à la circulation car on a ouvert des tranchées profondes pour les eaux pluviales ou usées, et aussi pour les autres utilités. Il faut accéder aux commerces par la ruelle de derrière. Mon accompagnatrice me fait visiter ce même grand magasin de médecine traditionnelle où j'avais vu des racines de Ginseng atteignant des prix astronomiques. Je ne lui dis pas que je suis déjà venu ici et la remercie de me faire découvrir le lieu.

Vu l'avancement des travaux dans ce quartier, on peut douter que tout sera rénové au mois d'août. Il y aura sans doute beaucoup de maquillage superficiel, mais peut-être pas de véritable rénovation. Il y aura beaucoup de destruction aussi.

Puis nous reprenons un taxi pour revenir à Yungang. Aujourd'hui les Chinois fêtent à leur façon un héros traditionnel. Je n'ai pas compris toute l'histoire, mais le but est de manger du riz sucré bien collant cuit empaqueté dans des feuilles de bambou. L'hôtel m'en a déjà servi vendredi soir et samedi soir, dans une version avec des jujubes dans le riz. J'en ai aussi eu samedi à midi, mais je n'avais vraiment pas assez faim. Un seul emballage suffit pour étouffer plusieurs occidentaux. En arrivant à Yungang Mademoiselle Wei insiste pour m'en offrir quatre paquets.

Dimanche 6 juillet 2008

Promenade à l'Ouest de Yungang

Il y a longtemps que je n'ai rien ajouté à cette page. C'est que je n'ai pas fait grand chose, et surtout rien d'intéressant. Je suis bien allé un dimanche au zoo de Beijing avec mon collègue Jean-Luc, mais vous trouverez partout des photos de panda meilleures que les miennes. L'aquarium est à mon avis plus intéressant que le zoo. Sur le chantier il ne s'est rien passé de notable, mis à part que je ne me suis pas trop mis en colère.

Ce dimanche comme il faisait beau et chaud je suis parti en promenade vers l'Ouest. En me voyant partir en plein cagnard la petite réceptionniste m'a poursuivi pour me proposer un parapluie. Je lui ai montré que j'avais un chapeau à large bord dans mon sac, celui-là même, je crois, avec lequel j'ai affronté le soleil du Qatar ou celui de la Papouasie Nouvelle Guinée.

Le paysage n'est pas grandiose. Après de nombreuses boutiques de matériaux il y a une alternance de zones agricoles et de villages, avec leurs inévitables odeurs organiques. Mais aujourd'hui le smog est moins dense, et on peut voir les petites montagnes qui sont un peu plus loin. Il faudra que je m'en approche un de ces jours.

En bordure d'un village j'entends un bruit cyclique et, curieux, je m'approche. C'est une presse à briquettes qui fonctionne avec quelques ouvriers pour l'alimenter et pour retirer les briquettes pressées. Il y a un gros tas de poussière de charbon et des fûts qui doivent contenir le liant. Les briquettes sont similaires à celles qu'on utilisait dans les restaurants coréens. Je ne sais pas si la Corée du Sud a des mines de charbon.  
la presse à briquettes
briquettes consumées
Je me souviens qu'en Matheysine, du temps de la mine, on faisait des boulets avec la poussière de charbon et du brai comme liant. On brûlait ces boulets dans les poêles à charbon. Le brai est je crois un résidu de la distillation du goudron de houille (coaltar en anglais). Les brochettes préparées au dessus des briquettes doivent être particulièrement carcinogènes.

Google Earth me dit que j'ai quand même marché 17,5 km sous le soleil.

Dimanche 13 juillet 2008

Commentaires sur mon chantier

Je dois faire de gros travaux de modification sur ma machine. Pour intervenir sur la tripaille interne, il faut trépaner l'enveloppe externe. J'ai donc acheté des outils avec l'aide de mes Chinois. Le quincailler de la petite ville est le maître d'une véritable caverne d'Ali-Baba : il possède des trésors pour un bricoleur, mais pas vraiment les accessoires de l'industrie moderne. Certains outils basiques, comme une pince multiprise, sont inconnus ici. J'ai donc acheté divers outils à main, des films plastiques, de la corde etc.

Pour découper l'enveloppe il me faut des meuleuses avec des disques à tronçonner et une scie sauteuse capable de découper quelques mm d'acier. On me propose du matériel d'une marque européenne bien connue, mais bien sûr fabriqué en Chine. Première constatation : les meuleuses n'ont pas de poignée comme sur la photo de l'emballage. Dans la documentation en Chinois on explique que les accessoires ne sont pas forcément fournis. Ensuite mes Chinois ont eu du mal pour installer une lame dans la scie sauteuse et sont retournés chez le marchand, tellement ils sont habitués au matériel défectueux. Il suffisait de bien lire la notice pour monter la lame de scie. J'ai aussi pris une paire de bleus de travail pour cette intervention salissante. On m'a fourni une taille pour gros Chinois : les manches de la veste m'arrivent au coude et le pantalon ressemble à un bermuda pour une statue du Bouddha. J'ai du ouvrir les boutonnières avec un couteau, mais de toute façon les principaux boutons ont seulement tenu quelques minutes. De même les passants de la ceinture on vite lâché, même sans ceinture. C'est la qualité locale. On comprend que si j'ai besoin d'un tube dans une matière bien précise, il vaut mieux qu'on me l'envoie depuis l'Europe.

J'ai acheté un aspirateur. Mes Chinois en faisaient de ces yeux ronds ! Il me semble que la plupart de mes collègues locaux n'en connaissaient pas l'usage. Je me suis rendu compte en le déballant qu'il est livré avec un tuyau et juste une seule brosse, sans autre accessoire comme chez nous. Vu l'état des moquettes de l'hôtel, je pense que l'aspirateur ne fait pas encore partie des appareils d'usage courant.

J'ai aussi acheté des lunettes pour meuler, ce qui a beaucoup étonné mes Chinois. Ils pensent que ces lunettes enveloppantes sont faites pour protéger du vent. Des lunettes pour meuler ? pourquoi pas un casque pour conduire une moto ? En fait ces lunettes ne sont pas adaptées aux nez occidentaux, et quand j'ai forcé un peu dessus pour faire entrer mon organe olfactif j'ai cassé les lunettes. Puisqu'on parle de sécurité, je dois dire que la manière de travailler ici avec l'électricité et avec les gaz sous pression est effrayante. Ou alors c'est peut-être nous en Europe qui prenons des précautions excessives. Je doute pourtant qu'on envoie ici un patron en prison si un ouvrier est tué sur le chantier.

Et me voilà travaillant à la Chinoise, c'est à dire sans établi, accroupi avec les deux pieds bien à plat. Essayez de tenir quelques minutes comme ça, les deux talons au sol et sans tomber sur le cul. Je dis "à la Chinoise", mais tout l'Orient travaille comme ça. Les Coréens de mon ancien chantier ou mes Indiens du Qatar se tenaient souvent dans cette position, parfois pour travailler, en général pour ne rien faire. Quand des gens discutent dans la rue ou jouent aux cartes ils s'accroupissent ainsi. Souplesse et équilibre, On admire.

En découpant l'enveloppe de ma machine, je revois les images de "On a marché sur la lune", au retour de la fusée sur terre, quand les techniciens en découpent l'enveloppe pour sauver l'équipage de l'asphyxie. Vous remarquez que je fais souvent référence à Tintin. C'est peut-être que j'ai débuté la lecture avec Tintin et Pif le Chien.

Fin juillet

Avec mes collègues de France

C'est la première visite en Chine de mes deux collègues qui sont venus pour une dizaine de jours. Si Yungang est plus représentative que Beijing de la vie en Chine, je comprends bien que mes collègues aient envie de voir le Centre de Beijing et la Grande Muraille. Comme nous ne travaillons pas ce samedi nous avons pris un taxi qui nous a laissé place Tian An Men. Nous faisons le tour de la Cité Interdite et nous montons sur la colline qui se trouve au Nord, avec ses jardins et ses temples. La vue est magnifique, malgré le smog qui recouvre Beijing. Mes collègues jouent à fond leur rôle de touristes et se font photographier en costume d'empereur. Nous mangeons du canard à la Pékinoise et d'autres plats délicieux dans un restaurant. Un peu plus loin nous sommes harponnés par une jeune guide qui parle un peu Français. Nous acceptons ses services et elle nous montre quelques jolis coins qui nous auraient échappé. Elle fait bien son métier en nous emmenant dans les boutiques où elle a son pourcentage, mais sans grand succès. Comme elle est dégourdie et que mes collègues ont envie d'aller voir la Grande Muraille sans passer par les voyages de groupe, elle nous organise une excursion pour le dimanche.

Ce dimanche, c'est donc de nouveau la grande muraille à Badaling. Cette fois nous allons du coté sud, où il y a un peu moins de visiteurs, pour une raison qui m'échappe. C'est aussi sportif que de l'autre coté, mais ça fait du bien de faire un effort dans cette atmosphère moins polluée que celle de la ville. Nous rentrons à Yungang assez tôt pour aller boire une bière avant le dîner.
L'empereur Marc L'empereur Didier avec notre guide Grande Muraille à Badaling
Yungang est une petite ville, je l'ai déjà dit. Il faut bien faire quelque chose en dehors du travail et du sommeil. Nous mangeons habituellement à l'hôtel. Parfois nos Chinois nous emmènent dîner au restaurant. C'est l'occasion de découvrir quelques plats surprenants. Ou encore de déguster cette bière verte qui est parait-il brassée avec des algues.

Nous allons souvent prendre un verre chez Gologolo. Ce n'est pas son nom, mais c'est à peu près ce qu'il crie lorsqu'il est derrière son barbecue. Ça veut peut-être dire "par ici les bonnes brochettes".  Gologolo est le maître d'un établissement en plein air situé sur un lieu de grand passage. Ses brochettes de calmar sont excellentes.

Le matin mes collègues donnent à manger aux poissons de la mare dans le parc de l'hôtel. On dirait que les poissons en ont pris l'habitude.

Le soir il y a  sur un trottoir un accordéoniste qui joue de son instrument, parfois accompagné d'autres musiciens. Quand il nous voit arriver il est ravi de déployer tout son répertoire occidental. Il y a des rythmes slaves, qui proviennent peut-être d'un recueil de l'Armée Rouge. Nous reconnaissons au passage "le temps du muguet" et quelques autres airs populaires. Quand nous connaissons quelques paroles nous chantons, à la grande joie du musicien et de quelques badauds. Le moment de gloire est quand l'accordéoniste s'attaque à Carmen et que nous chantons "Toreador..."
Bière verte les poissons de l'hôtel l'accordéoniste et les autres musiciens

Début août

Collègues Chinois

Mademoiselle W. a vu des noirs à Beijing, probablement des Afro-Américains. Elle me dit qu'ils ont des gros yeux. Comme elle a une prononciation de l'Anglais différente de la mienne, j'ai d'abord compris qu'ils avaient des gros culs. Après quelques phrases truffées de quiproquos tout s'arrange. Elle nous demande alors si, quand ils vivent longtemps en Europe, ils deviennent aussi clairs que nous. Mademoiselle W. nous a régalés d'autres perles de culture. En voici un exemple. Notre soudeur Didier porte un élégant tatouage sur le bras. Après une dizaine de jours, Mademoiselle W. pose la question qui la ronge : est-ce que ça part au lavage ? Mademoiselle W., qui lit bien l'Anglais et sait que nous utilisons une écriture similaire, a remarqué aussi que Didier soude et dessine de la main gauche. Elle demande alors s'il écrit de droite à gauche.

Il y a quelques jours un minuscule gecko s'est égaré dans notre chantier. Mademoiselle W. nous a dit que c'était peut-être venimeux. Quand je l'ai attrapé délicatement pour le mettre dehors, Mademoiselle W. est partie en hurlant, croyant sans doute j'avais l'intention de le glisser dans son corsage, à la façon des  Occidentaux pervers et dégénérés.

Il y a de toute façon un problème de culture. Nous voulions aller faire un tour un soir à Beijing, pour manger dans la rue et boire quelques bières. Deux personnes du site devaient nous accompagner, et nous avions bien expliqué ce que nous voulions. Hélas, le résultat fut une expédition au bord d'un lac, avec restaurant (bon) pendant que les taxis nous attendaient. Nos accompagnateurs avaient en réalité déjà dîné avant de partir (nous avons quitté l'hôtel à 18H15). Il vaut en général mieux se débrouiller sans les Chinois. C'est beaucoup plus simple et on a des chances de trouver ce qu'on veut.

Dimanche 24 août 2008

Promenade sur la Montagne Qian Ling

Ma collègue Cécile est venue me rejoindre cette semaine. Ce dimanche nous allons faire une promenade ensemble. Comme je sais que Cécile est une montagnarde accomplie, je ne crains pas de l'emmener marcher en petite montagne.  Il s'agit d'un coin que j'avais déjà un peu repéré, à une dizaine de kilomètres au nord-ouest de Yungang. Cette fois je sais quel bus prendre pour arriver presque au pied de cette montagne qui porte le nom de Qian Ling.

Le site est aménagé pour recevoir des visiteurs et il faut payer un droit d'accès. Il y a même eu beaucoup d'aménagement. Au lieu des sentiers que j'attendais, nous gravissons de véritables marches d'escaliers réalisées avec des pierres et du mortier. Les Chinois ont même fabriqué de faux troncs d'arbres et de faux rochers en ciment qui sonnent creux quand on tappe dessus. Si certains de ces objets dissimulent des tuyaux ou des câbles, d'autres semblent avoir uniquement un but décoratif. Il y a pourtant beaucoup de rochers naturels dans cette montagne. Il y a aussi des vrais arbres. On se rend compte cependant qu'ils ont été plantés. Si à courte distance on a l'impression d'une végétation naturelle, de plus loin on remarque que les arbres forment des bandes horizontales. De plus chaque arbre est entouré d'un petit muret pour retenir l'eau et éviter le ravinement. Un travail de Chinois, comparable à la construction d'une Grande Muraille.

Malgré tous ces efforts d'aménagement il n'y a pas foule. Tant mieux, les escaliers sont à nous. Nous comprenons que la montagne comporte de nombreuses grottes qui sont depuis longtemps aménagées en lieux de dévotion. Tous ces temples ont été rénovés et manquent un peu d'authenticité. Il y a aussi des pagodes de pierre, trop récentes, un stupa bien blanc et une énorme statue dorée du Buddha. On y trouve aussi des boutiques de souvenirs et un restaurant, mais les clients sont bien sûr encore plus rares que les visiteurs.

Les panneaux d'information nous disent que la montagne culmine à 699 mètres d'altitude. Ils nous disent aussi que la vue s'étend jusqu'à Beijing, mais, malgré les mesures récentes pour limiter la pollution, on ne voit pas plus loin que quelques kilomètres.

Nous redescendons par un autre chemin, toujours de pierres et de mortier. Ensuite un aimable automobiliste nous évite quelques kilomètres marche sur la route en nous ramenant à l'arrêt du bus pour Yungang.
au pied de Qianling grotte et temple à Qianling le sommet de Qianling

le Buddha doré vu du sommet de Qianling pagode et temple à Qianling temple dans une grotte à Qianling
En retrouvant cette montagne Qianling avec Google Earth, je me rends compte que nous étions très près des temples de Jie Tai que j'avais visités au début du mois  de juin.

Dimanche 31 août 2008

Grande Muraille (ter)

Maintenant nous sommes trois Européens sur le chantier, depuis que Jean-Luc est venu nous rejoindre, Cécile et moi. Ce dimanche nous ne travaillons pas et il fait très beau. Nous avons convenu de visiter une section rénovée mais pas encore trop fréquentée de la Grande Muraille. Après quelques recherches sur l'Internet, le choix s'est porté sur la section de Mutianyu (en Chinois: 慕田峪 ; en pinyin: Mùtiányù).

Vers 09H nous trouvons un taxi à Yungang, dont le chauffeur pourra sans doute raconter à ses petits-enfants qu'il a une fois fait une course pour 720 Yuans, dont cinq heures d'attente, et sans compter les péages autoroutiers. La région que nous traversons produit toutes sortes de fruits et le paysage valloné est plutôt agréable.

Mon guide de voyage (Lonely Planet) dit que Mutianyu est une option fréquentée mais moins commerciale que Badaling. Effectivement, les boutiques de souvenirs sont de taille plus modeste qu'à Badaling, mais proposent le même genre de T-shirts, casquettes etc. Il y a aussi des figurants en costume de garde-frontière de je ne sais quelle dynastie qui proposent de se faire photographier avec nous. On voit aussi quelques chameaux qui ruminent paisiblement en attendant le touriste. Il y a beaucoup, beaucoup, moins de visiteurs qu'à Badaling. Cependant Jean-Luc, qui n'a pas vu Badaling, trouve l'ambiance quand même trop commerciale.

Les Chinois ayant construit leur muraille sur les crêtes, ça monte beaucoup pour rejoindre l'ouvrage. Bien sûr il y a un télécabine, mais d'abord nous voulons mériter le spectacle, et ensuite nous sommes de la montagne, que diable. C'est donc après quelques litres de sueur nous arrivons au pied de la Muraille. Il y a trois kilomètres qui ont été bien rénovés (trop bien ?) et sont ouverts au public. La promenade sur la Muraille offre aujourd'hui un beau panorama sur les montagnes et on voit même Beijing, pourtant située à 50 km en ligne droite.

La Grande Muraille à Mutianyu
panorama de la Grande Muraille à Mutyanyu
cliquez sur l'image pour agrandir (puis taille réelle et ascenseur)

la Grande Muraille à Mutyanyu la Grande Muraille à Mutyanyu la Grande Muraille à Mutyanyu la Grande Muraille à Mutyanyu

En redescendant nous trouvons un petit restaurant pour déjeuner vers 14H. Les prix sont à peu près trois fois ceux d'un restaurant similaire à Yungang. Mais les visiteurs sont là et les Chinois ont raison d'en profiter.

Début septembre 2008

La Faune

Ceux qui me connaissent savent que j'aime bien les petites bêtes. On ne voit pas d'animaux spectaculaires à Yungang. Voilà cependant quelques bestioles rencontrées sur le chantier ou aux alentours.
insecte mimétique
Cet insecte hésite entre la stratégie
du phasme et celle de la suterelle
Insecte sauteur et volant
Insecte sauteur qui sait aussi voler
(peut-être une grosse cicadelle)
mante religieuse
j'ai vu plusieurs mantes près de ma machine.
Est-ce qu'elle les attire ?
gecko sur les murs de l'hôtel
J'ai vu quelques geckos à l'hôtel
et j'ai réussi à les attraper
fermeture à glissière
J'ai assisté à l'invention de
la fermeture à glissière

Mi-septembre 2008

Voyage dans l'Ouest Lointain

Je viens d'avoir une semaine de congés. J'ai choisi de rester en Chine, et de visiter un peu les régions de l'Ouest. Je suis allé du coté de Dunhuang (Province de Gansu), de Turpan et Urumqi (Province de Xinjiang). J'ai mis quelques images de ce voyage sur cette page.

12 octobre 2008

Je quitte Yungang

C'est terminé. La machine marche bien et les Chinois sont à peu près capables de s'en servir. Ma mission s'achève, après plus de cinq mois à Yungang (hormis une nuit au Japon pour une astuce de visa). J'aurais pu vous parler de tant de choses encore. Je n'ai rien dit sur la nourriture. Ni sur les deux-roues, qui ici ont souvent trois roues et sont de plus en plus équipés d'un moteur électrique. J'aurais aussi pu vous en dire un peu plus sur mon chantier ou sur les quelques personnages notables rencontrés pandant cette mission. Mais tant pis.

Après tout ce temps, ça me fait quelque chose de quitter Yungang. Ce dimanche matin je suis allé faire un grand tour en ville. C'est probablement la première fois que j'y vais aussi tôt un dimanche. Il y a comme partout en Chine les gens qui prennent le petit déjeuner dans la rue, parfois en terrasse, parfois debout autour des tricycles des marchands de raviolis, petits pains à la vapeur, etc. J'ai toujours trouvé ça sympathique et c'est dommage que je n'aie plus faim. Il fait très beau (visibilité 30 km au moins). Il y a déjà un bal près de la Rue des Mariages. Je repasse une dernière fois au marché couvert et je vais me faire coiffer à mon salon préféré, le plus petit et le plus ancien de Yungang. Ensuite je vais faire un dernier tour au parc en haut de la colline. J'ai beau dire que "chez soi, c'est là où on accroche son chapeau", je crois que je suis un grand sentimental.

Dragon Dragon
Merci à Wikipedia